•  

    "Nous avions l'homo sapien , l'homo sovieticus,

     

    nous avons l'homo écrantus.

     

    Du matin au soir, et la nuit, il appuie sur le bouton:

     

    il communique. Il ne cherche plus, il trouve tout

     

    sur Internet. En open space à son travail, il devient

     

    aussi plat et transparent que son écran. Son corps

     

    s'atrophie, son coeur aussi, ses yeux s'écarquillent.

     

    Le toucher, l'odorat, le goût, l'écoute, inutiles.

     

    Il sait, " il a vu" sur le net. La Toile s'étend dans

     

    le monde et dans son cerveau qui enfle de toutes

     

    ses connections.Il vit même la vie des autres.

     

    Si son petit doigt lui dit quelque fois que des

     

    e-puissants s'e-mêlent de la sienne, il poursuit.

     

    C'est bon d'exister sur le Net."

     

     

    Petit brulot qui m'a fait rire et sourire...

     

    Trouvé dans le dernier Télérama .


    3 commentaires
  •  

    Dans cet extrait le progrès dont parle Rilke


    en visionnaire, c'est le jour ou la femme

     

    sera considérée comme l' être humain féminin.

     

     

    "Ce progrès va modifier l'expérience de l'amour

     

    qui actuellement est pleine d'erreur(tout d'abord en

     

    s'opposant fortement à la volonté des hommes qui

     

    serons dépassés), la transformera fondamentalement

     

    la convertira en une relation pensé comme

     

    rapport d'être humain à être humain(qui procédera avec

     

    infiniment plus d"égards et de douceur, bon et simple

     

    dans ce qu'il nouera ou défera) ressemblera à celui

     

    que nous préparons péniblement, non sans lutte, 

     

    à cet amour qui consiste en ce que deux solitudes

     

    se protègent, se bornent et se rendent hommage."

     

    RAINER MARIA RILKE.


    votre commentaire
  •  

    ..."Mais le temps de l'apprentissage est toujours

     

    une longue période, une durée à part, c'est ainsi qu'aimer

     

    est, pour longtemps et loin dans la vie, solitude,

     

    isolement accru et approfondi pour celui qui aime.

     

    Aimer, tout d'abord, n'est rien qui puisse s'identifier 

     

    au fait de se fondre, de se donner, de s'unir à une

     

    autre personne( que serait, en effet, une union entre

     

    deux être indéfinis, inachevés, encore chaotiques?);

     

    c'est pour l'individu, une extraordinaire occasion

     

    de mûrir, de se transformer au sein de soi pour quelqu'un

     

    d'autre; c'est pour lui, une grande et immodeste

     

    ambition, quelque chose qui le distingue et

     

    l'appelle vers le large. C'est en ce sens seulement, 

     

    et considéré comme la tache de travailler sur soi

     

    ("d'ausculter et de marteler nuit et jour"),

     

    que l'amour peut être pratiqué par des jeunes

     

    gens auxquels il est accordé. La fusion, le don et

     

    toute forme de communauté ne sont pas pour eux

     

    (qui longtemps encore,longtemps, doivent épargner

     

    et accumuler);c'est le but final, c'est sans doute ce

     

    pour quoi, aujourd'hui encore, des vies humaines

     

    suffisent à peine."...

     

    RAINER MARIA RILKE


    votre commentaire
  •  

    Un beau témoignage anonyme,

     

    je sais juste que c'est un homme.

     

     

     

    "J'ai eu une conversation avec un vieil

     

    abstinent qui me disait avoir raté sa vie,

     

    qu'au bout du compte arrêter de boire

     

    n'avait pas été aussi profitable.

     

    Il s'excusait de tenir de tels propos mais,

     

    vu qu'il les pensait sincèrement il devait le dire.

     

    Stupeur chez les uns, gêne chez les autres,

     

    que dire ? Rien...sûrement pas.

     

    Je lui ai demandé de me définir une vie réussie,

     

    De m'indiquer quand nous pouvions la définir

     

    comme telle ?

     

    Je pense que ce questionnement est sincère

     

    mais la question est mal posée. Elle est inutile.

     

    Elle considère la vie comme quelque chose

     

    soumis à un jugement "définitif".

     

    Une sentence.

     

    J'ai continué à réfléchir autour de ces propos.

     

    Je me suis aperçu qu'il était utile et nécessaire de

     

    définir le bonheur. De trouver une définition

     

    qui permette à chacun de s'y retrouver.

     

    Mon alcoolisme m'a permis de m'apercevoir

     

    que le bonheur était dans l'acceptation.

     

    Je fait l'éloge de l'acceptation, non pas en tant

     

    qu'acte de résignation mais d'humilité par

     

    rapport à ce que la vie peut nous octroyer.

     

    Pratiquant certainement de manière sincère pour 

     

    la première fois de ma vie "l'acceptation", j'ai

     

    accepté mon alcoolisme.

     

    Mon alcoolisme m'a obligé, m'a acculé à être vrai

     

    et à aller au delà...

     

    L'acceptation de hier en tant qu'hier, d'aujourd'hui 

     

    en tant qu'aujourd'hui, de demain entant

     

    que demain est une de mes clés.

     

    C'est un travail quotidien que de pratiquer

     

    cet exercice, ma nature pousse à repenser hier,

     

    à anticiper demain au détriment d'aujourd'hui...

     

    Car il m'arrive de me pas accepter

     

    l'évidence de mon incapacité à conserver

     

    entre mes mains le sable du temps qui passe....

     

    Voilà ma réflexion du jour. "


    votre commentaire
  •  

    "Superbe contradiction que le mot "personne".

     

    Il veut en même temps dire "Quelqu'un" et 

     

    "Pas quelqu'un". Nous comprenons bien cela

     

    quand nous découvrons que personne vient

     

    de personna qui en langue étrusque signifiait

     

    Masque de théâtre.

     

    Nous voilà donc dans une histoire d'identité

     

    et de masques."

     

     

    Thierry Tournebise( quel joli nom !)

     

    Pour en savoir plus j'ai mis un lien sur le site

    de Thierry tournebise. Quand vous y êtes le mieux

    est d'aller en bas à gauche, et cliquer sur recherche

    Alphabétique. Vous trouverez certainement un sujet

    qui vous passionne...

    Õ 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique